Biobanques : des collections d’échantillons biologiques du système ostéo-musculaire de patients

Les échantillons biologiques de patients atteints de maladies ostéo-articulaires et musculaires

Les biobanques (ou centres de ressources biologiques) sont des structures chargées de la gestion des échantillons biologiques et de leurs données.
Ces structures peuvent rassembler, classer et conserver des échantillons biologiques de pathologies musculaires et articulaires.

Les maladies et troubles ostéo-articulaires et musculaires touchent le système musculaire et les articulations. Elles peuvent provoquer chez les patients une douleur vive, une fatigue musculaire voir une paralysie des membres.
Ces pathologies rassemblent donc un large groupe d'affections atteignant les muscles lisses, cardiaques et squelettiques ainsi que les nerfs qui les contrôles et les articulations. Elles peuvent être primaires et par conséquent être le résultat direct d'une anomalie musculaire comme la polymyosite, ou secondaires à une maladie ayant endommagé le système musculaire et articulaire.
De nombreux facteurs peuvent être à l'origine de ces troubles tels que les blessures, l'exercice intense (crampes, entorses, tendinites, luxation), la génétique (dystrophies musculaires), des cancers, des inflammations (myosites, arthrite), des infections bactériennes et virales et certains traitements.

Les biobanques conservent et collectent des échantillons biologiques de patients atteints de maladies du système ostéo-musculaire. Certains sont mis à disposition de la recherche : extractions d'acides nucléiques, blocs de tissus et d'organes, sang et ses dérivés etc.

Quels sont les avantages à passer par une biobanque pour des besoins en échantillons de maladies musculaires et articulaires ?

Mettre en place une collection biologique et préparer les échantillons pour un projet clinique


Gagner du temps dans la phase d’expérimentation

 

Vous avez besoin de plus d'informations concernant l'utilisation de ressources biologiques ?

 

Découvrez nos prestations en biobanking

Mise en place d'une collection d'échantillons biologiques

Après une biopsie, ou autre procédure visant à récupérer un échantillon humain, un prélèvement peut être conservé, avec l'accord du patient, à des fins de recherche.

En savoir plus

Stockage d'échantillons cliniques

Les échantillons, après prélèvement, doivent être stockés sous certaines conditions, qui dépendent de leur type et de leur durée de conservation, pour permettre leur viabilité.

En savoir plus

Comment se passe une demande d’échantillons de maladies ostéo-musculaires ?

La collecte, la réception et l’envoi d’échantillons du système ostéo-musculaire de patients sont des activités réglementées et doivent être déclarés et/ou soumis à autorisation. La biobanque ou le Centre de Ressources Biologiques accompagne les demandeurs externes dans la structuration de leur projet et leur démarches administratives.

Mettre en place une collection biologique

La première étape de la mise en place d’une collecte biologique est d’identifier le ou les partenaires ayant à la fois un accès aux patients de la maladie d’intérêt, et également la capacité technique de collecter le type d’échantillons biologiques requis.
Les biobanques vont typiquement pouvoir répondre individuellement à certaines demandes, et collectivement à des demandes nécessitant des compétences ou des ressources dont ils ne disposent pas. Cela est d’autant plus vrai si celle-ci est spécialisée selon un type précis d’échantillons biologiques (banque de cellules, tumorothèque, sérothèque, etc) ou selon ses capacités de conservation (FFPE tissues, congelés, dans l’azote, etc.).

Puisqu’il s’agit d'échantillons biologiques de maladies articulaires et musculaires, la demande doit être motivée, claire, et inscrite dans un projet qui pourra être communiqué à la biobanque. Les informations requises concernent en général la nature du projet dans laquelle la collection doit être montée, le nombre et types d’échantillons biologiques souhaités, le traitement et la préparation des échantillons souhaités pour l’analyse, etc.

La biobanque peut se prononcer en faveur ou en défaveur du montage de projet ; les dossiers étant soumis à un comité scientifique, qui doit donner son accord avant d’avancer sur le projet.

Si le projet continue, une étude de faisabilité est réalisée afin de déterminer si la biobanque possède les capacités techniques pour la demande. Une estimation financière, ainsi que la rédaction d’un contrat sont réalisées par la biobanque afin de finaliser l’agrément entre les parties. Enfin, la biobanque met en place le mode opératoire interne de collecte, réception, stockage et préparation jusqu’à leur prise en charge.

Accéder à une collection pré-existante – mise à disposition

La mise à disposition rétroactive d’échantillon est un transfert de matériel biologique vers un autre organisme (public ou privé) dans le cadre d’un programme de recherche commun (partenariat de recherche). Ce partenariat doit être formalisé par un accord ou un contrat de collaboration de recherche qui définit le cadre des recherches communes aux partenaires et l’utilisation qui sera faite des échantillons biologiques. Les demandes doivent également être motivées et inscrites dans un projet, qui sera soumis à un comité scientifique ou au responsable clinicien de la collection biologique pour validation. Ces demandes peuvent concerner des échantillons de tumeurs ou non-cancéreux, ainsi que des cellules sanguines lors de demandes régulières.

Types de prestataires

Deux catégories majeures de biobanques :

Les structures hospitalo-universitaires

La majeure partie des CRB et biobanques est rattachée à un organisme publique hospitalier, ce qui lui donne accès à des médecins cliniciens et un permet la collecte auprès de patients.

Les sociétés de service

Certaines sociétés de service privées peuvent mettre à disposition des collections biologiques constituées lors de projets internes, ou organiser des collectes d’échantillons dans le cadre de projets cliniques.

Les deux types de prestataires diffèrent principalement selon leur nature publique ou privée, et peuvent tout se spécialiser en banque de cellules, tumorothèque ou autre aussi bien l’une que l’autre.

Les technologies utilisées

Extracteurs automatiques d’ADN et d’ARN

Conservation environnement froid : congélateurs -20°C, -80°C et cuve Azote liquide -180°C

Système informatique de gestion des données anonymisées

Tarifs estimés pour ce type de prestation

Mise en place d’une collection : 5 000 € à 15 000 €

Le prix d’un échantillon est fonction de la préparation requise (lame, frais, extraits d’acides nucléiques), de l’organe d’origine, de la quantité souhaitée et des informations cliniques associées au patient, et peuvent varier de 200 € à 2 000 € environ.